Entrevue avec Marie-Ève Bourassa | Élixirs

Auteur :

Le livre Élixirs, c’est LA bible pour tout savoir des cocktails. L’auteure Marie-Ève Bourassa a fait un travail de recherche colossal pour nous partager les vérités, les légendes urbaines et les recettes des grands cocktails. Je l’ai contactée et elle a gentiment accepté mon invitation. Résumé de notre agréable rencontre.

Pierre-Yves Lord : Tu multiplies les rôles : spécialiste du cocktail, auteure, mixologue, curieuse, passionnée d’histoire. Tu te définis comment?

Marie-Ève Bourassa : Je dirais un peu tout ça. Je suis une rédactrice spécialisée en mixologie. J’ai travaillé derrière le bar longtemps, mais je ne le fais plus aujourd’hui. Durant mes années derrière le bar, j’aimais trouver les histoires derrière les cocktails et les raconter.

PY : Ton livre est truffé d’anecdotes qui touchent plein d’époques. Tu parles d’absinthe, de prohibition, tu nous transportes à La Nouvelle-Orléans… Quelle est la période la plus riche de l’histoire du cocktail, d’après toi?

MEB : Je crois que c’est la période d’Hollywood, entre les années 30 et années 50. C’est dans cette période que le Tiki est apparu. Je l’aime parce qu’autant les grands classiques étaient à l’honneur, autant on expérimentait et on essayait plein de choses!

PY : Ce qui est intéressant dans ton livre (et qu’on retrouve très peu dans la littérature québécoise), c’est que tu t’intéresses à l’ivresse.

MEB : Oui, on vit dans une drôle d’époque, on est un peu hypocrite là-dessus. Dans les années 50, tout le monde avait leur cabinet rempli d’alcool. Ça a beaucoup changé. Je ne pense pas qu’il faut retourner là, mais je pense qu’il faut quand même réussir à avoir du plaisir sans démoniser toujours l’alcool. Oui, l’alcool enivre, c’est un des plaisirs du cocktail.

PY : Un passage de ton livre porte sur l’absinthe. En le lisant, je réalise que c’est davantage pour des raisons politiques que cela a été interdit. Je me trompe?

MEB : C’est exactement ça. Il y a très peu de thuyone (la molécule toxique) dans l’absinthe. En fait, il y en a plus dans les saucisses! Certains disent que l’absinthe de l’époque était beaucoup plus concentrée en thuyone. À la suite de tests, on a découvert que c’est faux. Il y en a encore de la thuyone dans l’absinthe aujourd’hui, mais on la contrôle mieux. Il n’y a jamais eu de pourcentage assez élevé pour rendre fou. Cependant, c’est évident qu’une personne qui boit de l’alcool à 80 %, et qui en boit toute la journée, s’expose à des risques.

PY : De nos jours, les établissements font un effort pour redonner aux cocktails ses lettres de noblesse. Selon toi, est-ce une mode passagère?

MEB : Je crois que c’est parti pour un bon bout. Les gens sont de plus en plus curieux et commencent à se rendre compte que le cocktail, ce n’est pas juste une affaire de filles et que ce n’est pas nécessairement toujours trop sucré.

PY : Au Québec, la mixologie commence à se démocratiser. Est-ce que tu penses qu’il y en a qui profitent de la vague pour se prétendre mixologue?

MEB : Oui, c’est sur… De plus en plus de restaurants et de bars ont une carte cocktails parce que les clients en demandent. Mais ce n’est pas parce qu’il y a une carte cocktails qu’elle est bien utilisée. Pour être mixologue, il faut avoir une bonne formation. Ce n’est pas juste en mélangeant deux ou trois spiritueux avec un peu de jus qu’on fait un cocktail. Il y a toute une chimie derrière ça… c’est un art!

PY : Qu’est-ce qu’on te serre pour te faire triper?

MEB : Le cocktail que je bois le plus souvent chez moi, c’est un old-fashioned. C’est simple et toujours bon. Mais l’été, j’aime bien un bon cocktail tiki, comme un zombie. Quand c’est bien fait, c’est hallucinant!

PY : Quel est ton Top 3 des endroits qui t’ont impressionné dernièrement à Montréal?

MEB : En premier, Le Mal Nécessaire! J’adore cet endroit, les cocktails sont super bons et le staff est remarquable. Il y a aussi la Taverne Midway qui a une belle carte de cocktails. C’est une bonne place pour découvrir les cocktails de base, car ils les font super bien! Finalement, je dirais Le Slang, qui est tout près de chez moi. Un labo moléculaire où le bartender fait toujours des trucs spéciaux.


Suggestions

BOUTIQUE

Boutique

Découvrez notre gamme exclusive de produits de qualité et d’instruments indispensables.

Musique

Les meilleurs accords cocktail-musique

Voir plus de playlists

Restez en contact avec Boire

Instagram