La grande famille du Whisky

Auteur : Équipe Boire

Peu de spiritueux sont entourés d’autant de mystère que le whisky. À partir d’une même recette de base – des céréales qui fermentent dans l’eau de source, de la levure, et un processus de distillation – le whisky présente un éventail étonnant de saveurs et de parfums. Même lorsqu’on compare deux distilleries qui ne sont qu’à quelques kilomètres l’une de l’autre !

L’histoire du whisky

Les origines exactes du whisky tel qu’on le connaît demeurent nébuleuses, mais les premières traces de cet alcool remonteraient à l’aube du 15e siècle, avec l’aqua vitae (ou « eau-de-vie »).

En Irlande et en Écosse, l’eau-de-vie était alors préparée par les religieux dans leurs monastères. Entre 1536 et 1541, par ordre du roi Henry VIII, de nombreux ordres monastiques ont été dissous, leurs membres devenant des citoyens « indépendants », et produisant désormais le whisky dans leurs maisons et fermes pour gagner leur vie.

À l’époque, le whisky n’était pas vieilli et on croit que son goût était assez « brutal » comparativement aux mélanges complexes et recherchés qu’on produit aujourd’hui.

Plus près de chez nous, les colons américains se sont tournés vers la fabrication du whisky pour des raisons bien pratiques. Comme le réseau routier n’était pas très développé, il était beaucoup plus rentable de transporter et vendre le maïs sous forme de whisky plutôt qu’en céréales !

Fait amusant : pendant la Prohibition américaine, où la vente d’alcool était formellement interdite de 1920 à 1933, le gouvernement a fait une exception pour le whisky « médicinal », tel que prescrit par un médecin. Pendant cette époque, la chaîne de pharmacies Walgreens est passée de 20 magasins à… près de 400 !

Les appellations

Blended et Single Malt (ou Straight) :

Un blended whisky est un whisky d’assemblage, où plusieurs alcools de mêmes origines sont mélangés. Chaque marque retient les services d’un maître-mélangeur qui veille à obtenir un produit équilibré, harmonieux et constant d’une année à l’autre, pour être reproduit à grande échelle.

On parle d’un single malt whisky ou straight whisky lorsque l’alcool provient d’une seule et unique distillerie. La bouteille est alors imprégnée du terroir local et certains goûts caractéristiques seront beaucoup plus prononcés qu’avec un whisky d’assemblage.

Scotch whisky :

Le scotch (ou whisky écossais) est considéré par beaucoup comme le Champagne du whisky. Étonnant qu’un aussi petit pays soit capable de supporter plus d’une centaine de distilleries, avec des saveurs aussi différentes ! Par exemple, les whiskies produits sur l’île d’Islay ont un goût tourbeux très caractéristique, alors que d’autres régions auront des saveurs plus minérales, plus boisées, plus marines… Chez les whiskies écossais, il est fréquent d’aromatiser le mélange fermenté avec de la fumée, en faisant brûlant de la tourbe, ce qui confère à l’alcool un parfum distinctif.

Irish whisky :

Historiquement nez à nez avec les Écossais quant aux origines du whisky, les Irlandais ont la réputation de préparer et vieillir leur alcool avec tellement de soin que les lendemains de veille sont un peu plus faciles ! Contrairement à leur penchant écossais, les whiskies irlandais sont généralement préparés sans fumée.

Rye whisky :

Le rye whisky peut désigner un whisky américain utilisant une grande proportion de seigle dans sa fabrication, pour obtenir le goût caractéristique de la céréale. Par contre, on utilise souvent l’expression pour désigner les whiskies canadiens, bien que le seigle soit presque toujours mélangé au maïs, au blé et à l’orge.

Bourbon :

Whisky typiquement américain, le bourbon est préparé à partir d’un mélange de maïs, de seigle et d’orge, puis vieilli dans des barils de chêne flambé. L’État du Kentucky est responsable de la majorité de la production, et bien des bouteilles sont décorées de l’appellation Kentucky Straight Bourbon.

Tennessee whisky :

Utilisant sensiblement la même recette et le même procédé de fabrication que le bourbon, le Tennessee whisky est filtré au charbon de bois d’érable juste avant d’être mis en barrique, ce qui adoucit le mélange et lui confère son goût caractéristique.

Voici quelques recettes avec du whisky:

Like Old Tyme

Sucré et épicé? Oh oui!

Maple Old Fashioned

Un classique... version québécoise!

Manhattan

Le classique à son meilleur!

Suggestions

J'ai bu rouge

J'ai bu rouge

Campari & Red Bull pour bien commencer la soirée!

Shuck pétillant

Shuck pétillant

Ces flûtes contiennent le meilleur des Fêtes (et de toutes autres occasions festives)!

Mai Tai

Mai Tai

La recette simplifiée pour réaliser le classique cocktail Mai Tai

BOUTIQUE

Boutique

Découvrez notre gamme exclusive de produits de qualité et d’instruments indispensables.

Musique

Les meilleurs accords cocktail-musique

Voir plus de playlists

Restez en contact avec Boire

Instagram